Contactez-nous : 04 79 68 79 00|injs@injs.fr

Eléments historiques

Vous êtes ici :AccueilL'INJSPrésentation de l’établissementEléments historiques
Eléments historiques 2017-06-20T14:52:27+00:00

Eléments historiques

L’établissement est fondé en 1840 par Mlle Barthélémy dans une petite institution près de la gare de Cognin en Savoie, au service de l’éducation des jeunes filles sourdes.

Parallèlement, une institution pour les garçons est créée à Chambéry en 1842 ; elle sera confiée à partir de 1845 aux frères des écoles chrétiennes.

Charles-Michel Lespée

Charles-Michel Lespée, dit l’Abbé de l’Épée, est à l’origine de la première école pour les sourds-muets.

Sa méthode bénéficie rapidement d’une consécration internationale.

Le roi Louis XVI en personne lui accorde sa reconnaissance en 1778 et le monde entier évoque avec admiration la « méthode française ».

  • En 1846, le roi Charles Albert place l’institution sous sa protection en tant qu’Institution Royale avec la section des filles placées au couvent du Sacré-Cœur et la section des garçons à Saint-Louis-du-Mont.

  • En 1861, alors que la Savoie n’est rattachée à la France que depuis 1 an, Napoléon III transforme l’institution en établissement général de bienfaisance et d’utilité publique, donc en Institut Impérial.

  • En 1863, l’Institut acquiert le Château de Corinthe pour y installer les garçons.

  • En 1870, suite à la proclamation de la République de France, l’Institut devient Institut National de Sourds Muets.

  • En 1887, la direction devient laïque et les professeurs sont payés par l’état.

  • En 1906, il y avait 140 élèves : 106 garçons et 34 filles.

  • En 1910, les filles quittent le Couvent du Sacré Cœur et sont installées à Pont de Bauvoisin.

  • En 1961, un bâtiment « filles » est construit. Filles et garçons sont rassemblés dorénavant à Cognin.

  • En 1973, 350 élèves sont scolarisés à l’Institut, nombre qui va atteindre jusqu’à 450 élèves à la fin des années 70, début 1980.

L’évolution vers l’inclusion scolaire en milieu ordinaire des enfants handicapés, et plus spécifiquement ceux ayant une déficience sensorielle, va conduire à une lente érosion des enfants accueillis en intra et à l’inverse un développement des accompagnements des enfants dans leur établissement scolaire de proximité.